La complainte du soldat

Le canon tonne
Le soldat qui s'étonne
Marche et ne sait

La feuille frisonne au vent d'automne
La mort fait le guet

Le canon claque
Le soldat marche et ne sait
Le soldat marche dans un cloaque

Le soleil d'automne
De ses rayons atones
Pourrit les corps qui s'endorment

Le soleil qui se tait regarde de son oeil morne
Le soldat qui ne sait

Les obus tombent
Déchirant la chair hébétée

Le soldat tombe
Emportant pour bercer son âme
Le parfum d'une femme
Et le souvenir d'une rose de mai

Le soleil qui ne sait plus où il en est pleure la mort du soldat qui marchait

Poétic 7, 1984
La chèvre de Monsieur Urbain

- Écoute Urbain, je m'emmerde chez toi. Je veux aller dans la montagne !

- Nom de Dieu, tu ne vas pas me quitter, me laisser choir ! T'es pas bien ici ! L'herbe est bonne pourtant ! Tiens, si tu restes, avec l'argent du lait et des fromages je t'achèterais, à la ville, une corde plus longue. Je t'achèterais aussi de la peinture verte pour la barrière du clos et de la peinture dorée pour les barreaux de ton étable.

- Te fatigues pas Père Urbain, je veux gambader dans l'herbe haute et sentir le vent qui court jouer de la harpe avec mes cornes !

- Et le loup, hein, tu l'as oublié le loup ! Tu ne connais donc pas l'histoire de la « Chèvre de Monsieur Seguin » !

- Oh si ! Maman me l'a racontée quand j'étais petite en me disant que les petites chèvres ne doivent pas s'écarter du chemin pour brouter les pousses nouvelles. Elle m'a parlé aussi du Grand Méchant Loup qui mange les chèvres désobéissantes.

- Elle était bonne ta maman et savait s'accommoder de l'existence, ELLE !

Mais la petite chèvre en avait marre de l'herbe du pré et des sermons du Père Urbain. Elle rompit sa longe et s'enfuit à toutes jambes vers la montagne.

LÀ HAUT,
ELLE BÊLA BIEN FORT
ET LORSQUE LE LOUP ARRIVA,
ELLE LUI CASSA LA GUEULE !

Nuit blanche, 2003
3/3
Suivant
Bannière du site
English version
© 2007 Guy Savel - Tous droits réservés
Dernière mise à jour : 8 mai 2017
Crédits